•  

    https://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-relire-les-fichiers-flash-avec-ruffle-76223.html

    La technologie d'animation Flash est finalement mise de côté par Adobe au profit du HTML5 et d'autres normes Web. Une lente agonie pour l'extension pour navigateur Internet gourmande en ressources et truffée de failles de sécurité. Flash Player sera définitivement banni des principaux navigateurs en 2020. (Crédit D.R.) Flash Player sera définitivement banni des principaux navigateurs en 2020. (Crédit D.R.) Dénoncé par un grand nombre d’acteurs des nouvelles technologies – Steve Jobs avait même refusé de l’adopter sur iOS – le Flash Player d'Adobe va enfin passer à la trappe. L’éditeur a déclaré mardi qu'il cessera de mettre à jour et de distribuer son Flash Player fin 2020. La mort du très décrié plug-in propriétaire pour navigateur Internet n’est pas vraiment une surprise depuis que Apple ou encore Google encouragent les créateurs de contenus à utiliser des formats « ouverts » tels que HTML5, WebGL et WebAssembly. Adobe indique que ces normes sont désormais suffisamment avancées pour fournir des fonctionnalités similaires à celles lancées par Flash. « Aujourd'hui, la plupart des fournisseurs de navigateurs intègrent directement des capacités auparavant fournies par les plug-ins et désavouent les plug-ins », a déclaré la société. Le HTML5 a finalement tué Flash Player Adobe a précisé qu'il collaborera au développement de nouvelles normes Web, y compris HTML5, tout en participant au groupe de la communauté WebAssembly. Face à la fronde des utilisateurs et des géants du web, Adobe a été obligé de mieux considérer le HTML5. L'outil Animate CC de l’éditeur, pour la conception d'animations, prend en charge HTML5 et WebGL. Le refus d'Apple de soutenir Flash sur sa plate-forme mobile iOS avait sonné le glas le moment de la technologie d’Adobe. Cette dernière a également eu sa part de problèmes de sécurité. YouTube avait évincé Flash en 2015 au profit du HTML5. Adobe laisse plus de six ans aux développeurs pour assurer leur migration. L’éditeur sait bien que certaines activités historiques sur le Net comme les jeux, la formation et la vidéo ont été construites autour de Flash pour le malheur de beaucoup d’utilisateurs agacés par les mises à jour incessantes, les attaques tout aussi nombreuses et la lourdeur de la plateforme. La société continuera à prendre en charge Flash sur Windows, MacOS et Linux, ainsi que sur les navigateurs jusqu'à ce que sa fin de vie soit atteinte. Flash banni de Firefox, Edge et Chrome Selon la feuille de route de Mozilla pour Flash, son navigateur Firefox présentera début 2019 des avertissements visibles par l'utilisateur pour les sites Web qui continuent d'utiliser l'extension. Cette même année, Firefox désactivera Flash par défaut pour la plupart des utilisateurs. Et en 2021, le navigateur bloquera le chargement du plug-in puisque Adobe cessera d'envoyer des mises à jour de sécurité fin 2020. À partir du mois prochain, Firefox demandera aux utilisateurs de décider quels sites Web peuvent exécuter Flash. Microsoft prévoit également de bloquer l’utilisation du plug-in d’Adobe dans ses navigateurs Edge et Internet Explorer, et même d’extirper Flash de Windows d'ici la fin de 2020. Le support Flash sera également supprimé du navigateur Chrome de Google à ce moment-là.


    votre commentaire
  •  

    Coucou


    1 commentaire